dispenser


dispenser

dispenser [ dispɑ̃se ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1283; lat. dispensare « distribuer »
1Distribuer (le sujet désigne une personne, une puissance supérieure). accorder, départir, distribuer, donner, répandre. Dispenser des bienfaits. « Cette ville a quelque chose d'ensorcelant, et dispense un charme » (Henriot). « Cette lumière triomphante que dispense un soleil déjà méridional » (Siegfried).
2(XVIe) DISPENSER DE... : libérer (qqn d'une obligation, de faire qqch.). ⇒ exempter. Dispenser qqn d'impôts. décharger, exonérer. Être dispensé de telle formalité. Dispenser qqn d'un devoir, d'un vœu. dégager, relever (de), soustraire (à). Se faire dispenser de... Je te dispense d'y aller. Élève dispensé de gymnastique.
(Sujet chose) « Le bon sens qui dispense de savoir » (Renard). Ton succès ne te dispense pas de travailler.
Par politesse, pour demander la permission de ne pas faire qqch. ou feindre de s'excuser d'une abstention. Dispensez-moi de vous raccompagner. Iron. Dispensez-moi de vos réflexions. épargner (cf. Faire grâce de). Je vous dispense à l'avenir de vos visites : je vous défends de revenir me voir.
3SE DISPENSERv. pron. S'exempter de...; se soustraire à (une obligation). Se dispenser de ses devoirs. Se permettre de ne pas faire (qqch.). « On ne peut se dispenser de juger : c'est une nécessité, pour vivre » (R. Rolland).
⊗ CONTR. Assujettir, astreindre, contraindre, exiger, forcer, obliger.

dispenser verbe transitif (latin dispensare, répartir) Donner quelque chose à quelqu'un, le lui accorder : Dispenser les soins aux malades. Autoriser quelqu'un à ne pas faire quelque chose, lui épargner de le faire, l'en décharger, exempter : Dispenser un élève d'éducation physique. Je vous dispense de vos réflexions.dispenser (homonymes) verbe transitif (latin dispensare, répartir)dispenser (synonymes) verbe transitif (latin dispensare, répartir) Donner quelque chose à quelqu'un, le lui accorder
Synonymes :
Autoriser quelqu'un à ne pas faire quelque chose, lui épargner de...
Synonymes :
- décharger
- dégager
- délivrer
- épargner
- éviter
- libérer
Contraires :

dispenser
v. tr.
d1./d Distribuer. Dispenser des blâmes, des récompenses.
Pp. adj. L'enseignement dispensé dans cet établissement est d'un bon niveau.
d2./d Dispenser de: exempter de (la règle commune, une obligation, une tâche); exempter de (faire qqch). Dispenser un élève d'exercices physiques. Une bonne mémoire ne dispense pas de réfléchir.
Par euph. Je vous dispense de vos remarques: veuillez me les épargner.
Pp. adj. Il est dispensé du service militaire.
|| v. Pron. Se dispenser de venir.
Je me dispenserais bien de cette obligation, je m'y soustrairais volontiers.

⇒DISPENSER, verbe trans.
A.— Dispenser qqn de (faire) qqc.
1. DR. CIVIL et RELIG. [Le suj. désigne une autorité]
a) Autoriser (quelqu'un) à ne pas faire quelque chose de prescrit par une loi, une règle; accorder une dispense (cf. ce mot C). Le maire peut dispenser des publications pour le mariage. Synon. exempter (de). En raison de l'extrême éloignement d'une de mes annexes, je suis dispensé du jeûne sacramentel le jour où je dois y célébrer la Sainte Messe (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1184). Couchez-vous, signez-vous, et dormez. Je vous dispense formellement de toute autre prière (BERNANOS, Dialog. Carm., 1948, 2e tabl., 2, p. 1609).
SYNT. Dispenser de la communion publique, du ministère ordinaire, de la loi commune; on l'a dispensé du service militaire, de servir comme soldat.
b) P. anal., spéc., DR. CANON, emploi abs., rare. Faire remise à quelqu'un de ce qu'il a fait contre les règles de l'Église. Le Pape seul peut dispenser en cas de simonie (Lar. Lang. fr.). Synon. absoudre, relever (d'une faute).
2. P. ext. [Le suj. désigne une pers.]
a) Domaine du dr. ou de la coutume. Libérer, dégager (quelqu'un) d'une obligation. On l'a dispensé de s'astreindre à ce règlement; élève dispensé des épreuves orales d'un examen :
1. Pour me rendre la situation encore beaucoup plus agréable, on m'a dispensé des études... Je distrayais tout le monde en classe...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 287.
SYNT. Le médecin major a dispensé cette recrue de corvée, de garde, de marche; être dispensé du deuil; être dispensé de quelque formalité, d'avoir à décliner son identité; dispenser un écolier de faire, de rendre des devoirs.
Spéc. Dispenser qqn d'un droit, d'une taxe. Synon. exonérer. Louis XI put rentrer dans Paris qu'il dispensa d'impôts pour être plus sûr de sa fidélité (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 128).
b) Domaine gén. Tenir quitte de, ne pas exiger, ne pas imposer. Dispenser le lecteur des indications préliminaires :
2. ... je lui demandai [à Gobseck] (...) quel sentiment l'avait poussé à me faire payer de si énormes intérêts (...) — Mon fils, je t'ai dispensé de la reconnaissance en te donnant le droit de croire que tu ne me devais rien...
BALZAC, Gobseck, 1830, p. 420.
Au part. passé. Être (se croire) dispensé de... Se considérer comme déchargé de, ne pas se sentir obligé. Se croire dispensé d'agir, de réfléchir, de répondre à une lettre; se juger définitivement dispensé de toutes lectures, études sérieuses, de résoudre un problème; on n'est jamais dispensé d'être aimable. Un homme en proie à une grande maladie, ou à une angoisse profonde, est dispensé du même coup de toutes les autres maladies ou angoisses (CAMUS, Peste, 1947, p. 1376).
P. euphém. Dispensez-moi (je vous dispense) de tout commentaire, de vos critiques et réflexions. Ne faites (je ne veux pas que vous fassiez) aucun commentaire. Synon. faire grâce (de), épargner. Schiller, (...) était sûr de rencontrer dans ses auditeurs assez de connaissances pour le dispenser de tout commentaire (CONSTANT, Wallstein, 1809, p. XVI).
c) P. ext., littér. [Le suj. désigne une chose] Épargner, soustraire à quelqu'un l'obligation de. Le grand âge dispense d'aller à la guerre; aucun raisonnement ne dispense de l'expérience; sa fortune le dispense de travailler. Le dogme les dispense de penser, la providence d'oser, la raison de trembler (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 747) :
3. L'abbé fit de nouveau un geste vague de la main, ce geste qui répondait à tout en le dispensant de s'expliquer plus nettement.
ZOLA, La Conquête de Plassans, 1874, p. 931.
SYNT. Un prétexte, une excuse qui dispense de faire qqc.; un état qui dispense de travailler.
d) Emploi pronom. réfl. (cf. supra A 2 b, au part. passé). Se permettre de ne pas faire quelque chose. Se dispenser de tout effort, de travailler; il s'est dispensé d'aller à son bureau, à l'école. Synon. s'abstenir (de); anton. s'obliger (à), se forcer (à). — Vous pourriez vous dispenser d'ameuter le village, continua-t-il furieux (BERNANOS, Crime, 1935, p. 801) :
4. Le plus souvent, dans le tête à tête, nous [lui et Amélie de Liviers] ne nous donnions pas de noms en causant... Devant le monde, l'accent était toujours là pour corriger ce que l'usage imposait de trop cérémonieux... Mais, seuls, nous nous gardions d'ordinaire, nous nous dispensions de tout nom...
SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 30.
SYNT. Ne pouvoir se dispenser de juger; se dispenser de toute cérémonie; se dispenser de banalités; se dispenser des visites, des formalités d'usage; particuliers qui se dispensent de payer leurs dettes; se dispenser d'un acte pénible; ne pouvoir se dispenser de citer qqn; ne pouvoir se dispenser de se rendre à une soirée.
B.— Dispenser qqc. à qqn
1. Distribuer (avec une idée de largesse, de générosité). Dispenser libéralement tout son temps à qqn; dispenser des trésors d'affection à un enfant; le sommeil qui dispense les bienfaits de l'oubli. Synon. répandre, prodiguer. L'heure de la récréation du soir, passée tout entière à l'avare lumière du préau dispensée par un unique bec de gaz (BERNANOS, Mouchette, 1937, p. 1268) :
5. ... je passe ma vie au milieu des architectes tunisiens et des artisans indigènes; je les vois distribuer partout l'air et la lumière dans les maisons, avec cette même habileté qu'ils déploient à dispenser l'eau dans les rigoles des jardins,...
THARAUD, La Fête arabe, 1912, p. 82.
6. Elle [Mme d'Amoncourt] avait maintenant une situation à n'avoir pas à dispenser d'autres grâces que celles que sa présence répandait.
PROUST, Sodome et Gomorrhe, 1922, p. 667.
SYNT. Platanes qui dispensent une ombre remarquable; ruisseau dispensant le soir une fraîcheur dangereuse; yeux qui dispensent le bonheur et la tristesse; la sérénité que dispense la mort; fleurs qui dispensent leurs parfums; dispenser avec impartialité le blâme et la louange; dispenser la vie aux générations nouvelles; dispenser un enseignement à des étudiants.
Au part. passé. Rayonnement, chaleur dispensés par une présence.
2. Emploi pronom. passif. Être donné. Cet enseignement se dispense aux seuls spécialistes; les honneurs se dispensent qqf. au hasard. Mais donnons d'abord notre attention à l'éducation organisée, celle qui se dispense dogmatiquement dans les écoles (VALÉRY, Variété III, 1936, p. 270).
Rem. 1. On rencontre ds les principaux dict. du XIXe s. le sens spéc. en pharm. de « doser ». Dispenser les médicaments (cf. dispensaire, dispensation) déjà indiqué comme ,,vx`` par LITTRÉ. 2. On rencontre ds la docum. a) Le part. prés. et adj. dispensant, ante. Qui a le pouvoir, la faculté de donner dispense (v. ce mot A). De là [l'impossibilité de créer une loi sans exception] résulte dans toute législation la nécessité d'une puissance dispensante (J. DE MAISTRE, Pape, 1819, p. 139). b) L'adj. dispensatoire. Qui dispense (supra B 1). Mon docteur médecin examinait les cas nouveaux avec un esprit nouveau. Il n'avait pas des formules toutes faites et dispensatoires [répond le malade au docteur] (PÉGUY, Grippe I, 1900, p. 11).
Prononc. et Orth. :[], (je) dispense []. Étymol. et Hist. I. 1. 1283 « accorder une dispense » (PH. DE BEAUMANOIR, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1636 : Se toute la verités du mesfet n'est contee a sainte Eglise et que l'apostoile vueille seur ce dispenser); 1544 dispenser de « autoriser quelqu'un à ne pas faire quelque chose qui est obligatoire » (SEYSSEL trad. d'APPIEN, Guerres civiles, III, 12 ds HUG.); p. ext. 1559 « (d'une chose — ici l'âge —) décharger quelqu'un d'une obligation » (AMYOT, Marcell., 1 ds LITTRÉ); 1644 dispensez moi de... (CORNEILLE, Rodogune, III, 1); 2. 1526 dispenser à « autoriser quelqu'un à faire quelque chose normalement interdit » (J. BOUCHET, Epistres morales du Traverseur, I, 2 ds HUG.); 1541 se dispenser de « se permettre de » (CALV. Instit., 1001 ds LITTRÉ). II. 1. Av. 1340 « organiser, répartir l'emploi d'une chose » ma vie mal dispensee (WATRIQUET DE COUVIN, Dits, 113, 5 ds T.-L.); cf. 1534 il dispensoyt ... son temps (RABELAIS, Gargantua, éd. R. Calder, chap. 20); 2. XIVe s. « distribuer, employer, utiliser » le vin dispenser (G. LE MUISIT, Poésies, I, 166 ds T.-L.); en partic. 1541 [Dieu] dispense ses bénéfices envers les hommes (CALV., op. cit., 108 ds LITTRÉ); 3. 1690 pharm. (FUR.). Empr. au lat. class. dispensare « partager, distribuer; administrer, gouverner » lat. impérial « régler, employer », formé sur le supin dispensum de dispendere « distribuer » (dis et pendere « peser »), v. aussi dépense. Fréq. abs. littér. :1 168. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 2 182, b) 1 381; XXe s. : a) 1 286, b) 1 582.
DÉR. Dispensable, adj., rare. a) Pour lequel on peut accorder dispense (v. ce mot C). Cas (non) dispensable. b) Qui peut être évité; dont on peut se dispenser (supra A 2 d), se passer. L'occasion, toujours ajournable et même « dispensable », ne décide que du lieu, de l'heure et de la sorte (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 121). []. 1re attest. XIVe s. [ms.] « qui comporte une dispense », chose dispensable (J. GOULAIN, Ration., Richel. 437, f° 155 r° ds GDF.); du rad. de dispenser, suff. -able. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. — BARB. Infl. 1923, p. 11 (s.v. dispensatoire). — GIR. t. 2. Nouv. Rem. 1834, p. 31 — LINDSTRÖM (A.). Dispensare. In : [Mél. Wahlund (K.)]. Mâcon, 1896, pp. 283-286. — ORR (J.). Le Fr. s'en passer. In : Essais d'étymol. de philol. fr. Paris, 1963, p. 132.

dispenser [dispɑ̃se] v. tr.
ÉTYM. 1283; lat. dispensare « partager, régler, administrer », de dispensum, supin de dispendere « distribuer », de dis-, et pendere « peser ».
1 Dispenser (qqch.) à (qqn) : distribuer (en parlant de personnes, de puissances supérieures). Accorder, départir, distribuer, donner, répandre. || Le soleil dispense à tous sa lumière. || Les bienfaits que Dieu nous dispense (→ Autorité, cit. 1).
1 Il (Dieu) leur dispense avec mesure
Et la chaleur des jours et la fraîcheur des nuits (…)
Racine, Athalie, I, 4.
2 (La misère) leur donna cette grande, cette forte éducation qu'elle dispense à coups d'étrivières aux grands hommes (…)
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 578.
3 Oui, cette ville, a quelque chose d'ensorcelant, et dispense un charme.
Émile Henriot, le Diable à l'hôtel, XIII, p. 106.
4 (…) cette lumière triomphante que dispense un soleil déjà méridional, sans que la voile encore la lourde tristesse tropicale.
André Siegfried, l'Âme des peuples, II, II, p. 34.
Vx. Partager, répartir.
5 Quant à son temps, bien le sut dispenser :
Deux parts en fit, dont il soulait (avait coutume de) passer
L'une à dormir, et l'autre à ne rien faire.
La Fontaine, Pièces diverses, II, Épitaphe d'un paresseux.
2 (1544). || Dispenser (qqn) de : exempter (qqn) de (une obligation, faire qqch). Exempter; dispense. || Dispenser qqn d'impôts. Décharger, exonérer. || Dispenser qqn des conditions requises. || Être dispensé de telle formalité. || Dispenser qqn d'un devoir, d'un vœu. Dégager, soustraire (à). || Se faire dispenser de…
6 (…) dispensez mes vœux de cette obéissance (…)
Molière, Tartuffe, IV, 3.
7 (…) il pouvait la dispenser de l'âge prescrit (…) comme il a dispensé de l'âge pour le consulat tant de grands hommes (…)
Racine, Britannicus, 1re Préface.
Dispenser (qqn) de (et infinitif) :
8 Les Juifs charnels attendaient un Messie charnel, et les Chrétiens grossiers croient que le Messie les a dispensés d'aimer Dieu (…)
Pascal, Pensées, IX, 609.
(Sujet n. de chose). Épargner à (qqn) l'obligation de. Délivrer, libérer; quitte (tenir quitte de). || Ton succès ne te dispense pas de travailler.
9 Celui qui ne peut remplir les devoirs de père n'a point le droit de le devenir. Il n'y a ni pauvreté, ni travaux, ni respect humain, qui le dispensent de nourrir ses enfants et de les élever lui-même.
Rousseau, Émile, I.
10 Mère Guillette, dit le vieux laboureur, s'il ne fallait que cinquante francs pour vous consoler de vos peines et vous dispenser d'envoyer votre enfant au loin, vrai, je vous les ferais trouver (…)
G. Sand, la Mare au diable, V, p. 43.
11 Le bon sens qui dispense de savoir.
J. Renard, Journal, 15 mars 1905.
12 Il ne la comprenait pas : mais ne pas comprendre n'a jamais dispensé de juger.
R. Rolland, l'Âme enchantée, II, p. 179.
Dispenser s'emploie par politesse pour demander la permission de ne pas faire quelque chose ou feindre de s'excuser d'une abstention. || Dispensez-moi de vous raccompagner.
Iron. || Je vous dispense de me dire votre avis.Dispenser qqn de qqch. || Dispensez-moi de vos réflexions; je vous dispense de ces réflexions. || Dispensez-moi de ces détails. Épargner; grâce (faire grâce de). || Je vous dispense à l'avenir de vos visites : je vous défends de revenir me voir. Interdire.
13 Dispensez-moi du récit des blasphèmes (…)
Corneille, Polyeucte, III, 2.
14 (…) je suis mal propre à décider la chose;
Veuillez m'en dispenser.
Molière, le Misanthrope, I, 2.
——————
se dispenser v. pron.
Se dispenser de : s'exempter de, se soustraire à (une obligation). || Se dispenser de ses devoirs. || Se dispenser des formalités d'usage.
15 (…) ce sont des règles dont (…) on ne saurait se dispenser.
Molière, les Précieuses ridicules, 4.
Se permettre de ne pas faire (qqch.). || Se dispenser de travailler.
16 On promet beaucoup pour se dispenser de donner peu.
Vauvenargues, Réflexions et Maximes, 445.
17 (…) on ne peut se dispenser de juger : c'est une nécessité, pour vivre.
R. Rolland, Musiciens d'aujourd'hui, p. 118.
——————
dispensé, ée p. p. adj.
1 Donné, distribué. || Conseils dispensés à ceux qui en réclament.
2 (1899, in D. D. L.). || Être dispensé du service militaire. Exempt (→ Consumer, cit. 12; cours, cit. 20). || Il se croit dispensé de tout effort.
18 L'abus des livres tue la science. Croyant savoir ce qu'on a lu, on se croit dispensé de l'apprendre.
Rousseau, Émile, V.
N. || Les dispensés de… Absolt. || Les dispensés, les exemptés.
CONTR. Assujettir, astreindre, contraindre, exiger, forcer, obliger.
DÉR. Dispensable, dispense.
COMP. Indispensable.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dispenser — may refer to: Containers and machines Various machines that dispense things: Automatic toothpaste dispenser Cash dispenser (automated teller machine) Hearing aid dispenser Label dispenser Klik Rockets Dispenser, a candy dispenser Paper towel… …   Wikipedia

  • Dispenser — ist eine Bezeichnung für verschiedene manuelle, halbautomatische oder automatische Ausgabevorrichtungen (z. B. Verkaufsständer, Verkaufsautomat, Medikamentenausgabebehälter, Dosierpumpen usw.). Inhaltsverzeichnis 1 Landwirtschaft 2 Luftfahrt …   Deutsch Wikipedia

  • dispenser — DISPENSER. v. a. Exempter de la règle ordinaire, faire une exception en faveur de quelqu un. Dispenser d aller à la guerre. Dispenser quelqu un de faire sa charge. Dispenser de la loi commune, de la règle. Dispenser du jeûne. f♛/b] On dit, pour s …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • dispenser — DISPENSER. v. a. Exempter de la regle ordinaire, faire une exception en faveur de quelqu un. Dispenser d aller à la guerre. dispenser quelqu un de faire sa charge. dispenser de la loy commune. dispenser du jesune. On dit, en termes de civilité,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • dispenser — Dispenser, Legibus soluere. Dispenser de la loy, Gratiam facere legis. Dispenser aucun de pouvoir faire en un jour ce que ne se pouvoit faire par les loix, Veniam alicuius diei dare. Dispenser de l aage, Annali lege soluere. B. Dispenser de… …   Thresor de la langue françoyse

  • Dispenser — Dis*pens er, n. One who, or that which, dispenses; a distributer; as, a dispenser of favors. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • dispenser — c.1400, one who administers (a household, etc.), c.1200 in surnames, from Anglo Fr. dispensour, O.Fr. despenseor, from L. dispensatorem, agent noun from dispensare (see DISPENSE (Cf. dispense)). Meaning a container that dispenses in fixed measure …   Etymology dictionary

  • dispenser — /ingl. dɪˈspɛnsə(r)/ [vc. ingl., dal fr. ant. dispenseur «dispensatore»] s. m. inv. erogatore, distributore …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • dispenser — (See stamp vending machine) …   Glossary of postal terms

  • dispenser — is spelt er, not or …   Modern English usage


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.